430 Nombre de vue

Un jeune chinois, habitant d’un petit village, a souhaité devenir le moine Shaolin et apprendre le kung fu. Après un long voyage, il est enfin arrivé au pied du monastère Shaolin et il s’est assis devant les portes fermées. Il savait que sa détermination et sa motivation seraient soumises à l’épreuve, il est resté assis devant l’entrée pendant plusieurs jours…

Après deux, trois semaines d’attente un ancien l’a fait entrer et lui a fait passer un entretien pour tester ses motivations. En  fin de compte, il a accepté comme un bonze. Ses rêves allaient se réaliser : il allait apprendre le kung fu traditionnel de Shaolin. Toute sa famille et ses amis ayant appris cette nouvelle étaient contents pour lui. 

L’ancien moine lui a demandé d’aller chercher de l’eau dans un seau et le jeune homme a réussi à en apporter un rempli. Le moine instructeur l’a félicité et lui a demandé :

“tu te places à côté du seau et tu frappes dans l’eau à ce qu’elle éclabousse et qu’il n’y ait plus d’eau dans le seau”

Le garçon a été un peu déboussolé par cette demande mais il réalisa, même s’il se demandait si c’était bien d’éclabousser l’eau. Après plusieurs minutes de frappes, les mains étaient en feu, toute rouge à force de frapper l’eau… mais il continua jusqu’à ce que l’eau disparaisse complètement. 

Le moine instructeur le félicita et lui demanda d’aller remplir le seau au ruisseau et de refaire le même exercice… 

Le jeune homme passe toute la journée à répéter le même exercice, en espérant que le jour suivant il apprenne enfin des vraies techniques de kung fu. Le lendemain ainsi que pendant plusieurs semaines il devait juste refaire le même exercice : aller remplir le seau d’eau au ruisseau puis de frapper l’eau pour qu’il n’y ait plus dans le seau… 

Il ne comprenait pas pourquoi il devait répéter cet exercice, alors que les autres moines pratiquaient des formes de kung fu, des formes dont il n’arrêtait pas d’en rêver. 

Après une année passée au temple Shaolin, le jeune homme a reçu l’autorisation de rentrer pour les fêtes à la maison et le moine lui a dit “Jeune homme, tu as passé une année à t’entraîner, maintenant je t’autorise à faire une pause bien méritée en famille. Passe des bonnes fêtes et reviens dans deux semaines pour reprendre ton entraînement !”

Tout le village l’attendait pour lui souhaiter la bienvenue. Le garçon se sentait tellement fier de voir tout le monde l’accueillir. Le garçon est devenu moine Shaolin ! 

Tout le monde voulait également voir une démonstration du kung fu de Shaolin. Le garçon se sentait très mal à l’aise, car pendant une année il n’a fait que taper dans un seau rempli d’eau!! Il ne connaissait rien au kung fu, pas la moindre technique, aucun coup de pied spectaculaire, aucune technique animal, rien!!! 

Les villageois l’ont accompagné jusqu’à une grande table en pierre, située au centre du village. Tout le monde voulait admirer le vrai kung fu de shaolin. Le garçon était débout… les yeux se remplissaient de larmes… Tout rouge de honte et il ne savait pas comment dire aux autres qu’il n’a rien  appris. Submergé par le sentiment de détresse il a juste réussi à crier « lâcher moi, je n’ai rien appris” et à taper du poing sur la table. 

Personne ne disait rien. Les villageois se tenaient ébahis avec de grands yeux ouverts. Le garçon ne comprenait pas le regard consterné des villageois, car il ne pensait pas qu’ils avaient eu tous peur de son cri. Mais lorsqu’il a regardé la table, il a compris. La table en pierre a cédé et s’est brisée en deux sous l’effet de son coup de poing…

Est-ce qu’il y a une morale de cette histoire? Même si la méthode pédagogique peut sembler d’une autre époque, je pense qu’il est possible d’en déduire quelques piste de réflexions :

  • il faut de l’humilité et de persévérance pour progresser
  • faire confiance aux enseignants
  • ne pas trop exiger des enfants au stade d’apprentissage

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Évaluation*

fr_FRFrench